Chapitre 10 – Les repas

Chapitre 10


Les repas

Lorsque votre chiot va arriver chez vous, il va falloir rapidement lui enseigner que son coin-repas sera, au choix, dans la cuisine, dehors, ou à l’endroit qui vous convient. Cette nourriture offerte quasiment à son arrivée chez vous lui montrera qu’ici aussi il aura de quoi se nourrir. Il convient bien sûr de ne pas changer brutalement son régime alimentaire. Si vous désirez abandonner la nourriture que l’éleveur donnait jusque là, veillez à ce que le changement soit effectué graduellement.

Le self service

Je le dis tout de suite : c’est la meilleure des solutions, à condition d’employer un aliment vraiment complet (tous ne le sont pas, malgré ce qu’on lit sur le sac), c’est-à-dire qui contienne tous les compléments nécessaires, vitamines et oligo éléments, en quantité suffisante.

Donnez à votre chiot deux kilos de bonnes croquettes. Il ne finira pas. Complétez toujours largement. Sa gamelle ne doit jamais rester vide. Ainsi, vous dédramatisez le moment du repas, puisqu’il n’existe plus. Le chiot ne peut plus faire de la nourriture un des problèmes de sa vie.

Ne craignez donc pas qu’il meure d’indigestion. Il est beaucoup plus raisonnable que les humains. Et faites-vous raconter comment les patrons pâtissiers obtiennent de leurs jeunes apprentis qu’ils refusent de se goinfrer de gâteaux…

Évidemment, si votre animal souffre d’un problème de santé, s’il a besoin d’aliments de régime, le self service peut ne plus être recommandable.

Le réflexe gamelle

L’ustensile obligatoire à acquérir pour votre compagnon. Vous pouvez, mécaniquement, lui permettre de manger dans votre assiette. Après tout, il s’agit de votre chien, et de votre assiette. Mais vous faites une croix sur la tranquillité de vos repas…

Habituez-le plutôt à manger toujours dans sa gamelle. Cet ustensile mérite un bon nettoyage après chaque repas, sinon émanent très vite de lui des remugles de mauvais aloi…

La gamelle deviendra ainsi le lieu, mobile, où votre chien se restaurera. Si, dès le début et avec constance, vous lui interdisez de manger quoi que ce soit hors de cet ustensile, vous aurez un chien qui refusera d’avaler tout appât qui traîne, pour le plus grand bien de sa santé. Car enfin, à quoi sert-il de très bien éduquer et soigner votre animal si celui-ci meurt à la première boulette empoisonnée qu’il trouve sur son chemin ou dans votre jardin, jetée là par quelque main malveillante ?

Ayez le réflexe gamelle dès le premier jour. Par prudence, achetez-en plusieurs, identiques : on en perd. Préférez le modèle en acier inoxydable ; il ne se casse pas au gel et ne disparaît pas en miettes, sous les crocs, les jours d’ennui…

Dès les premiers repas, vous pouvez habituer votre chiot à vous laisser mettre votre main dans sa gamelle et dans sa gueule, et à manger ainsi dans votre main. Ne lui laissez pas la possibilité de croire qu’il peut défier votre contrôle au moment où il mange. A chaque instant de sa vie, il est tenu de vous respecter, d’accepter votre présence, votre intervention, au moins sans se rebeller et au mieux avec plaisir.

Le refus d’appâts

A quoi sert un bon chien qui vient de mourir empoisonné ?

Dès le départ n’acceptez pas qu’il mange ailleurs que dans sa gamelle.

Demandez à un ami de lui présenter une friandise. Lorsque l’animal met le museau ou le nez sur l’appât, votre ami retire sa main, et de l’autre il lui serre fort le museau pendant une demi-seconde. Très rapidement, ou bien votre chiot se mettra à gronder sur votre ami, ou bien il se reculera précautionneusement dès que cette personne s’avancera avec une friandise à la main,

Recommencez la leçon avec le plus grand nombre possible de partenaires.

Déposez sur le sol des appâts recouverts d’un panier à salade que vous…

La suite sur www.AudioTexteVideo.com